l’attention de l’ermite à vouloir s’éveiller

 

Il état une fois, un ermite qui réputé pour les rigueurs qu’il s’imposait, mais il n’allait pas bien du tout. L’illumination espérée paraissait le fuir, quoi qu’il fasse, de jour en jour plus gravement.

Il avait pourtant, noble et drue, une vraie barbe de saint homme. Il l’aimait, la lissait souvent. A vrai dire, il en était fier. Un jour, le grand Moïse vint à passer chez lui.

– Toi qui es intime de Dieu, lui dit l’homme au seuil de sa grotte, demande-Lui, je t’en supplie, pourquoi Il ne veut pas de moi parmi ses proches serviteurs.

Moïse promit. Il s’en fut chez Dieu, posa la question de l’ermite.
– Il s’occupe trop de sa barbe, lui répondit le Créateur.

Moïse rapporta la réponse au plaintif. L’autre, du coup, maudit ces poils qui ornaient sa figure maigre. Il se mit à les arracher, un à un, chaque jour un peu, pour faire durer la douleur et payer ainsi durement son long péché de vanité, mais hélas, toujours pas d’extase. Quand Moïse revint le voir, il s’en plaignit amèrement.

– Retourne voir Dieu, s’il te plait. Je veux savoir enfin que faire pour qu’Il me prenne par la main.

Moïse compatit et s’en revint Là-Haut.
– Seigneur, dit-il, l’ermite souffre. Ne veux-tu pas le consoler ?
– J’aimerais bien, répondit Dieu, mais il n’est encore occupé, le pauvre homme, que de sa barbe ! 

 

par Henri Gougaud