Cheminer avec Dieu

Avoir une vie tranquille, c’est être un protéger de Dieu. C’est la présence divine qui fait que tu auras peu de problèmes.  À l’inverse, si tu souhaites une vie avec beaucoup de miracle.  Tu souhaites une vie où le risque est présent et au dernier moment, il est annulé par un élément exceptionnel.  Chaque fois que tu prendras un risque pour créer de l’exceptionnel, tu t’éloigneras de Dieu en voulant une preuve plus qu’en confiant ta confiance en lui. Donc chercher une vie plein d’exploit comme preuve de Dieu, c’est s’éloigner de lui. De fait aussi paradoxalement que ça soit, moins on croit plus un exige et veut des miracles. Car pour un croyant le miracle serra d’avoir une vie la plus normale et tranquille possible, là où pour un sceptique, le miracle sera l’exceptionnel qui pourra me faire me convertir.

Plus on cherche à provoquer plus on s’éloigne de Dieu, donc plus on se divise de lui. L’étymologie du  diable, c’est « celui qui divise » ou « qui désunit ». Et plus on cherche un exploit extérieur, plus on repose sa vie sur l’autre, sur l’extérieur. Donc plus on se laisse porter, sans volonté et moins on écoute son propre pouvoir, ses propres intentions. Cheminer avec Dieu pourrait donc être dans la présence en écoutant notre volonté qui est guidée par Dieu, si on lui laisse une place. Maintenant comment savoir si on laisse une place pour Dieu ou pour la division ?

Et bien, dis-moi ton problème et de celui-là, je te dirais ta tentation qui peut nourrir ce problème. La tentation pourra être la voie de la division, de ce qui a créé ton problème, qui serra à observer avant de voir comment combler ce dit problème. La division en soi, est donc le premier point à éviter pour avancer sur sa propre voie. La complexité de la chose étant qu’il ne faut pas grand-chose pour diviser, là où il faut de l’énergie pour se rassembler. Une image pour illustrer cela : la plus belle montre de luxe à 120 000€ peut se bloquer à cause d’un tout petit grain de sable, enlevons le grain de sable pour retrouver la beauté et la puissance de la montre.

 

Par : Le Veilleur