L’interro-négation qui n’en peut plus de toujours poser les mauvaises questions

Le baromètre de votre affirmation de soi

Cas pratiques

A laquelle de ces deux formulations recourez-vous le plus spontanément :

- Veux-tu venir boire un café au bistro d’à côté ?

- Tu ne veux pas venir boire un café au bistro d’à côté ?

 

Caractéristiques

Une fois n’est pas coutume, commençons si vous le voulez bien par une petite devinette !

- « Vous n’auriez pas un euro ? »

Réponse logique : Non !

- « Auriez-vous un euro ? »

Réponse pratique : Non !

- « Avez-vous un euro, s’il vous plaît ? »

Réponse physique : Vous tendez l’euro demandé.

Pourquoi ?

Le mode interro-négatif doublé d’un conditionnel induit automatiquement la négation.

Le mode affirmatif doublé du même conditionnel induit l’hésitation.

Le mode affirmatif reposant sur le présent de l’indicatif induit le passage à l’acte sans réflexion préalable dans la majorité des cas.

 

Connotations

La suggestion interro-négative est une pollution verbale. Pourquoi « Tu ne veux pas… ? » en lieu et place de « Veux-tu… ? »

Précaution oratoire ? Manque d’autorité ? Peur de s’affirmer ?

L’usage intensif de l’interro-négation est un signe de velléité. Il appartient à la mentalité de tout individu victime d’un syndrome d’échec. Utiliser la négation comme stimulus d’une action est un refus latent de l’accomplissement de cette action.

La formule est illogique.

« Tu ne veux pas » n’est pas équivalent  de « veux-tu ? »   L’usage du conditionnel associé à la suggestion interro-négative « Ne voudrais-tu pas… » est un véritable discours de sabotage.

Propos typiques de l’individu qui scie la branche de l’arbre sur laquelle il est assis.

 

Conséquences

Que se passe-t-il dans l’inconscient d’un individu bombardé de… « Tu ne veux pas venir m’aider ? », « Tu ne veux pas venir manger ? » « Tu ne veux pas t’habiller ? » « Tu ne veux pas ranger tes affaires ? », « tu ne veux pas qu’on aille se faire une toile ? » etc. etc.

Sa volonté est constamment mise entre parenthèses. A terme, sa persévérance sera amoindrie et sa volonté fonctionnera sur deux cylindres au lieu de quatre.

Le mode interro négatif, un mode castrateur

L’interro-négation procède essentiellement d’une démarche de castration : « Vous n’avez pas tel article en stock demande la cliente au vendeur ? »

Si celui-ci répond par l’affirmative, il frustrera la cliente de son plaisir. Les castrateurs ne veulent rien acheter mais s’enquérir sans engagement pour s’entendre dire que l’article n’est pas en stock. Si le vendeur contrarie cette non demande en infirmant la négation :

« Bien sûr que j’ai cet article en stock », la cliente trouvera toujours un détail inconvenant ou une fonction qui ne correspond pas à ce qu’elle recherche.

 

Le choix des mots

La solution de rechange est élémentaire. Il suffit de transformer systématiquement le « tu ne veux pas » en « Veux-tu ? »

S’il vous échappe au début, n’hésitez pas à vous corriger à haute voix. Permettez-vous aussi de répondre systématiquement « non, je ne veux pas ! » à tous ceux qui vous interpellent en utilisant l’interro-négation :

« Tu ne veux pas qu’on se fasse une petite bouffe ? »

« Non, je ne veux pas !»

La technique du prompteur mental

Le prompteur mental est une technique qui permet de maîtriser le discours. Nous disposons tous de ce prompteur au sein de notre conscience mais le stress nous empêche d’en tirer parti.

Avez-vous déjà essayé de visualiser mentalement votre réponse avant de la formuler ?

Il existe un cas de figure particulier où l’usage de ce prompteur mental peut s’exercer sans trop de difficultés. Quand vous êtes en communication téléphonique, l’interlocuteur n’est qu’une voix.

Les sollicitations visuelles sont nulles, la concentration plus aisée. Faites l’expérience de vous concentrer sur vos propos en les projetant préalablement sur votre écran mental avant de les exprimer de vive voix. Le résultat est étonnant.

Vous en direz dix fois moins que d’habitude et surtout, le ton de votre voix sera nettement plus posé. L’effet séducteur – au sens large du terme – est garanti. Et vous y gagnerez en termes de décontamination verbale

 

En conclusion

L’interro-négativité est une véritable négation de soi.

Pourquoi dit-on instinctivement : « Vous n’auriez pas des toilettes, par hasard ? » et non « Où sont les toilettes ? »

Cette remarque peut vous paraître sans objet et pourtant elle est lourde de sens. Vous posez une question en la niant. « Vous n’avez pas » appelle une réponse logique : « non ! »

Cette manie verbale provient d’une éducation castratrice. Il est mal poli de s’affirmer. Il faut donc se nier pour obtenir satisfaction. Il est difficile de s’en défaire mais l’effort est salutaire car il vous permettra enfin de chausser vos bottes de sept lieues pour progresser au lieu de régresser dans la vie.

Par : Caroline Messinger